Navigationspfad

Zurück

Appel au Parlement pour rejeter la ratification de l’accord avec la Colombie

Deux semaines avant le débat au Parlement prévu le 25 mai prochain, plus de 30 organisations demandent aux conseillers nationaux et conseillères nationales dans une lettre commune de rejeter, en l’état actuel, la ratification de l’accord de libre-échange entre l’AELE et la Colombie. Elles demandent un moratoire jusqu’à ce que la situation en matière de droits humains en Colombie se soit améliorée de manière substantielle et durable.

A travers cette action de lettre ouverte coordonnée par la DB, Alliance Sud et le Groupe de travail Suisse-Colombie, les organisations signataires souhaitent faire comprendre aux parlementaires que le respect des droits humains doit être un critère de base pour le libre commerce. Elles rappellent les violations massives et récurrentes des droits humains en Colombie, et soulignent en particulier deux raisons incitant au rejet d’une ratification prématurée de l’accord :

Notre partenaire de l’AELE, la Norvège, a récemment décidé de reporter la ratification de l’accord avec la Colombie, du fait des violations systématiques des droits humains dans ce pays. Un accord similaire avec la Colombie est bloqué depuis longtemps aux Etats-Unis pour les mêmes raisons. Au Canada également, l’accord bilatéral de libre-échange avec la Colombie rencontre des résistances grandissantes, après qu’une Commission parlementaire (Standing Committee on International Trade) ait recommandé au gouvernement suite à une enquête approfondie de ne pas conclure d’accord avec la Colombie dans la situation actuelle. Une ratification prématurée isolerait dès lors la Suisse sur un plan international, et endommagerait sérieusement sa réputation de pays dépositaire des droits humains.

La ratification d’un accord à ce stade, avec un gouvernement dont les institutions sont impliquées dans des violations de droits humains, n’est pas cohérente avec l’engagement de politique extérieure de la Suisse, qui comprend également la conduite de programmes de promotion de la paix et de droits humains en Colombie. Si tel devait être le cas, la crédibilité de la Suisse en serait sérieusement ébranlée.

Zurück