Chemin de navigation

Sri Lanka: licenciements illégitimes chez un fournisseur de Bata

(c) IndustriALL

Depuis 2012, une usine de chaussures sri-lankaise qui produisait pour le fabricant suisse Bata est le théâtre d’un conflit autour d’une augmentation salariale promise, mais jamais versée. Les ouvriers et les ouvrières sont descendus dans la rue pour protester, ce qui a conduit au licenciement de presque 200 personnes syndiquées.

Retour sur les faits
L’usine de chaussures sri-lankaise Palla & Co produisait jusqu’à fin 2013 pour la marque Bata, dont le siège est en Suisse. En août 2012, Bata était même le principal client de cette usine. A cette époque, la direction de Palla & Co avait refusé de payer aux ouvriers et aux ouvrières la hausse salariale qui leur était due en milieu d’année. Cette situation s’est reproduite à la fin de 2012 ainsi qu’en août 2013. Les négociations entre les syndicats et la direction de l’usine n’ont pas abouti, ce qui a poussé les travailleurs et travailleuses à se mettre en grève.

Au lieu de chercher le dialogue avec les ouvriers et les ouvrières, Palla & Co a préféré employer la manière forte. En novembre 2013, 15 syndicalistes ont été suspendus. Un mois plus tard, 179 travailleurs et travailleuses syndiqués ont été licenciés. Certaines de ces personnes ont été réengagées dans les semaines suivantes, mais à la condition de renoncer à leur engagement auprès du syndicat.

Situation actuelle des personnes licenciées
Aujourd’hui, 92 ouvriers et ouvrières ainsi que 12 représentant(e)s syndicaux luttent encore pour récupérer leur place de travail. Ces personnes ont énormément de difficultés à trouver un autre emploi, car la direction de Palla & Co semble avoir fait pression sur les autres usines pour que celles-ci n’engagent pas ses anciens employés et employées.  

Une ancienne ouvrière de Palla &Co raconte :

Mon mari est parti. J’ai deux enfants et nous vivons dans un immeuble. Je n’ai pas d’argent pour payer le loyer. C’est difficile de trouver une place dans une autre usine. Je dois de toute urgence trouver un autre travail.

Entreprises impliquées
Confrontée à ces violations manifestes du droit du travail, l’entreprise familiale Bata – à l’origine une société tchèque – confirme que Palla & Co a violé le code de conduite de Bata. Elle refuse toutefois de s’engager pour trouver une vraie solution au conflit. Le fabricant suisse de chaussures justifie ce refus en arguant qu’il a mis fin à ses relations d’affaires avec cette usine à la fin de 2013. Ceci est insuffisant. Comme les violations des droits du travail ont commencé alors que Bata était le principal client de l’usine, l’entreprise suisse porte aussi une responsabilité. Elle ne peut pas simplement détourner les yeux en cessant toute relation commerciale avec cette usine.

Revendications de la Campagne Clean Clothes
Les syndicats locaux et la Campagne Clean Clothes (CCC) demandent à Bata d’agir et de s’engager pour qu’une solution juste à ce conflit puisse enfin être trouvée.