Chemin de navigation

Retour à la page principale

Enquête sur les vêtements de sport « outdoor » : des résultats inquiétants

le 25 juin 2009

Lausanne, 26.06.2009 - « Never Stop Exploring »: c’est par ce slogan à la fois évocateur de nature et de technologie que le leader du secteur outdoor, The North Face, met en avant ses produits. La Campagne Clean Clothes a pris cette invitation à la lettre et passé au crible la responsabilité sociale du géant états-unien et de 28 autres acteurs du secteur outdoor. Les résultats de cette enquête menée par la DB sont préoccupants et révèlent qu’aucune des entreprises interrogées ne satisfait les exigences nécessaires pour atteindre le sommet du classement.

A chaque fois que The North Face vend une veste au prix de 176 francs, au bout de la chaîne de production, la couturière gagne 1 franc, soit à peine 0.56% du prix de vente ! Au Salvador, les salaires sont si misérables qu’une famille a besoin du travail de quatre personnes pour obtenir un revenu de subsistance. Le fabricant allemand Vaude produit une partie de sa collection au Myanmar et n’hésite pas à affirmer que les standards sur place sont « relativement élevés par rapport au reste de l’Asie ». Pourtant, en mars 2009, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a exprimé sa profonde inquiétude face aux violations graves et systématiques des droits humains dans l’ancienne Birmanie. Le géant Columbia Sportswear, dont le siège européen se trouve à Genève, a tout simplement ignoré le questionnaire de la CCC/DB sur la responsabilité sociale de l’entreprise. Et même Patagonia, exemplaire à certains égards, ne s’engage pas à verser à ses employées un salaire de subsistance qui leur permettrait de vivre dans la dignité. Moins de la moitié des entreprises interrogées se sont montrées prêtes à donner des informations sur leurs standards de production. Dans la plupart des cas, aucun code de conduite n’est accessible au public et on cherche en vain des informations sur la responsabilité sociale de l’entreprise. Ce manque de transparence laisse penser qu’aucune mesure n’a été prise pour assurer des conditions de travail équitables sur la chaîne de production. Quelques entreprises se distinguent dans ce portrait résolument sombre du secteur outdoor. Mammut et Odlo ont récemment adhéré à l’organisme de vérification indépendant Fair Wear Foundation. Patagonia, quant à elle, est membre de la Fair Labour Association.

En plus de 15 grandes entreprises actives au niveau international, la CCC/DB s’est intéressée à 13 petites et moyennes entreprises (PME) suisses, dont le fournisseur de l’équipe suisse de ski. Même si les PME n’ont pas la même influence sur leurs fournisseurs, elles ont les moyens et la responsabilité d’imposer des standards de travail. A l’image des grandes marques, de nombreuses entreprises de taille modeste utilisent les conditions de production équitables comme argument publicitaire, sans pour autant être en mesure de donner les garanties nécessaires et prévoir les instruments de vérification adéquats. Ainsi, presque toutes les PME se classent parmi les « indifférentes ». Même Descente, le fournisseur de l’équipe suisse de ski, fait partie de cette mauvaise catégorie d’acteurs du secteur outdoor.

Sur la base de ces résultats inquiétants, la DB/CCC exige plus de transparence et d’engagement de la part des entreprises du secteur outdoor. Cinq mesures concrètes doivent être prises pour garantir des conditions de travail équitables sur l’ensemble de la chaîne de production: 1. Elaborer un code de conduite,
2. Mettre en oeuvre le code de conduite,
3. Adhérer à une initiative de vérification multipartite indépendante
4. Promouvoir la liberté d’organisation, d’association et de négociation
5. Soutenir les petits paysans dans la culture des matières premières.

Résultats de l’enquête: www.ladb.ch/outdoor

La DB a évalué l’engagement pris par les entreprises en termes de responsabilité sociale. Elles ont été classées en trois catégories : « les pionnières », « les prudentes » et « les indifférentes ».Huit entreprises figurent parmi les « prudentes » et 21 parmi les « indifférentes ». Aucune entreprise ne satisfait les exigences nécessaires pour atteindre le sommet du classement.


Pour plus d’informations
Christa Luginbühl, Responsable de la Campagne Clean Clothes, tél. 044 277 70 19, ccc[at]evb.ch
Raphaël de Riedmatten, Déclaration de Berne, tél. 021 620 03 08, deriedmatten[at]ladb.ch

Retour à la page principale