Chemin de navigation

Retour à la page principale

Il faut prolonger le moratoire international sur les plantes «Terminator » !

le 8 mars 2006

Berne, Zurich, Lausanne, 08.03.2006 - Dans une lettre adressée au Conseiller fédéral Moritz Leuenberger, une vingtaine d’organisations paysannes, de coopération au développement et de protection de l’environnement demandent à la Suisse de s'engager activement en faveur d’une interdiction au niveau mondial des plantes transgéniques Terminator. Le moratoire actuellement en vigueur risque d’être supprimé lors d’une conférence des Nations unies qui se tiendra à la fin du mois de mars.

La technologie Terminator est une forme particulièrement agressive de génie génétique. Les plantes Terminator engendrent des semences stériles. Résultat : ces plantes ne donnent qu'une seule récolte. Les paysans ne peuvent dès lors plus ressemer les graines récoltées. Cette technologie a été développée par des entreprises privées dans le seul but de dominer le marché des semences et de prendre le contrôle de l’alimentation mondiale. Elle ne présente pas le moindre avantage pour les agriculteurs. «Le développement intentionnel de semences stériles est une atteinte au droit humain à l’alimentation, estime Tina Goethe de SWISSAID. La technologie met en danger l’échange traditionnel de semences et, de ce fait, la sécurité alimentaire.»

L’entreprise suisse Syngenta est particulièrement active dans le développement de semences Terminator et d’autres technologies apparentées. Elle détient près d’un tiers des brevets qui y sont liés. «Terminator va encore accélérer la concentration dans le secteur des semences et réduire de ce fait la diversité des plantes vivrières», craint François Meienberg de la Déclaration de Berne.

Actuellement, un moratoire international empêche l’utilisation de la technologie Terminator. Mais il est en danger. Lors de la 8e Conférence des parties à la Convention des Nations unies sur la diversité biologique qui se tiendra à Curitiba (Brésil) du 20 au 31 mars, la prolongation du moratoire sera l’un des sujets débattus. La délégation suisse sera conduite par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Dans une lettre au Conseiller fédéral Moritz Leuenberger, une vingtaine d’organisations suisses, parmi lesquelles les principales organisations paysannes, demandent à la délégation de s'engager pour une interdiction claire, dans le monde entier, de cette technologie inhumaine.

En novembre dernier, la population suisse s’est prononcée en faveur d’un moratoire général sur la culture d’organismes génétiquement modifiés. Un engagement de la Suisse en faveur d’un moratoire sur les plantes Terminator va donc dans le sens du souverain. Les organisations paysannes, de coopération au développement et de protection de l’environnement demandent que cette volonté populaire trouve aussi son expression dans la position de la Suisse lors des négociations dans le cadre de la conférence des parties à la Convention sur la biodiversité.

Les organisations suivantes soutiennent la demande d'interdiction de la technologie Terminator: Swissaid, Déclaration de Berne, Union suisse des paysans, Kleinbauern-Vereinigung (VkmB), IP suisse, Uniterre, Bio Suisse, Schweizer Bergheimat, Bioforum Schweiz, WWF, Greenpeace Suisse, Pro Natura, Schweizerische Arbeitsgruppe Gentechnologie SAG, Protection Suisse des Animaux (PSA), StopOGM, Médecins en faveur de l'environnement, Fédération Romande des Consommateurs (FRC), Alliance Sud - Communauté de travail Swissaid-Action de Carême-Pain Pour le Prochain-Helvetas-Caritas-EPER, Pain Pour le Prochain, Action de Carême.

Retour à la page principale