Chemin de navigation

Retour à la page principale

Indemnisations des victimes du Rana Plaza: les marques doivent enfin payer!

le 24 février 2014

Dix mois après la pire tragédie dans l’histoire du secteur textile, les survivants et les familles des victimes du Rana Plaza au Bangladesh attendent toujours des compensations financières. Les entreprises qui produisent dans ce pays, parmi lesquelles de nombreuses firmes suisses, doivent contribuer au fonds de dédommagement créé à cette fin. Elles ont exactement deux mois pour le faire !

Lausanne 24.02.2014 - Le 24 avril prochain, on commémorera pour la première fois l’effondrement terrible du Rana Plaza, qui a fait 1138 morts et plus de 2000 blessés. Les survivants et les familles des victimes attendent toujours de recevoir des dédommagements. Au moins 40 millions de dollars sont nécessaires pour couvrir la perte de gain et les frais médicaux des blessés et des familles des victimes. Les lignes directrices et la mise en oeuvre de l’accord pour les indemnisations (« Rana Plaza Arrangement ») ont été élaborés par plusieurs entreprises textiles, des représentants du gouvernement bangladais, des syndicats locaux et internationaux ainsi que par la Campagne Clean Clothes, sous l’égide de l’Organisation internationale du travail (OIT).

La tragédie du Rana Plaza est symptomatique des problèmes qui rongent l’industrie textile globalisée. Ces problèmes ne pourront être résolus que par une transformation en profondeur du secteur. En raison du caractère hautement symbolique de cet accord sur les indemnisations, les entreprises qui ne produisaient pas (ou plus) dans les usines du Rana Plaza devraient elles aussi contribuer au dédommagement des victimes. Les marques El Corte Ingles, Mascot, Mango, Inditex et Loblaw, qui avaient toutes des fournisseurs au Rana Plaza, ont montré l’exemple en effectuant des versements.

Coordonnée en Suisse par la Déclaration de Berne, la Campagne Clean Clothes salue ces premières contributions qui, avec le soutien du gouvernement allemand, permettent de lancer ce processus de dédommagement. Dix mois après le drame, les entreprises textiles doivent enfin assumer leurs responsabilités envers les personnes qui travaillent sur leur chaîne d’approvisionnement. Les montants consentis par les différentes marques devraient refléter l’intensité de leurs relations commerciales avec les usines du Rana Plaza, et du Bangladesh en général.

Plus d’informations ici ou auprès de:

Géraldine Viret, Déclaration de Berne, 078 768 56 92, viret[a]ladb.ch

Retour à la page principale