Chemin de navigation

Retour à la page principale

Public Eye Awards 2011: Des parodies de pub et Openleaks contre des entreprises sans scrupules

le 10 janvier 2011

Lausanne, le 10 janvier 2011 - Le 28 janvier prochain, à proximité immédiate du Forum Economique Mondial, la Déclaration de Berne et Greenpeace remettront une nouvelle fois les Public Eye Awards aux entreprises les plus irresponsables en matière d’environnement et de droits humains. Six grandes entreprises sont nominées cette année pour les prix de la honte, dont Foxconn, Axpo, BP et Philip Morris. Le vote des internautes pour le Prix du public s’ouvre dès aujourd’hui sur www.publiceye.ch, avec des parodies de publicité mordantes. A l’occasion de la remise des prix le 28 janvier, le parlementaire européen Richard Howitt décrira les initiatives politiques actuelles visant à renforcer la responsabilité sociale d’entreprise. Daniel Domscheit-Berg, un ancien de Wikileaks, présentera la nouvelle plateforme de lanceurs d’alerte («whistleblowing») OpenLeaks consacrée aux agissements des multinationales.

Le vote en ligne pour élire la pire entreprise de l’année démarre aujourd’hui pour se clore le 27 janvier prochain. Parmi les nominés, on retrouve les six cas les plus scandaleux qu’un jury de spécialistes a sélectionnés à partir d’une liste de 30 entreprises proposées par des ONG.

Le Taïwanais Foxconn produit des composants informatiques pour Apple, Dell, Nokia et d’autres grandes marques. Dix-huit de ses employés se sont suicidés en 2010 à cause des conditions de travail dans ses gigantesques usines en Chine et de salaires misérables. Le distributeur d’énergie suisse Axpo, quant à lui, a caché pendant des années qu’il se procurait de l’uranium auprès de l’usine de retraitement de Maïak, en Russie. Maïak est l’endroit le plus irradié au monde, avec des taux de cancers et de fausses couches largement supérieures à la normale. L’entreprise minière sud africaine AngloGold Ashanti est également nominée, car son activité d’extraction d’or empoisonne depuis des années les sols et les habitants au Ghana et parce que ses agents de sécurité pratiquent la torture et maltraitent les employés. Le finlandais Neste Oil vend dans toute l’Europe un agrocarburant à base d’huile de palme sous l’appellation trompeuse de « Green Diesel », entrainant toujours plus d’expropriations et de déforestations dans les pays d’Asie du Sud-Est. Le cinquième nominé est le cigarretier états-unien Philip Morris, dont le siège principal est à Lausanne, pour la plainte qu’il a déposé contre la nouvelle loi anti-tabac de l’Uruguay. En s’appuyant sur un accord de protection de l’investissement entre la Suisse et l’Uruguay, l’entreprise tente de faire primer les intérêts de l’industrie du tabac sur les politiques de santé des pays en voie de développement. Ce panel d’entreprises sans scrupules se complète avec la multinationale pétrolière BP, responsable de la marée noire du Golfe Du Mexique qui a couté la vie à 11 personnes et a mis en péril à long terme de gigantesques zones océaniques.

En lieu et place d’une cérémonie de remise des prix, le Public Eye mettra en lumière les comportements irresponsables des grandes entreprises au cours d’une conférence de presse internationale. Lors de celle-ci, les lauréats du Global Award (le prix du jury) et du People’s Award (le prix du public) seront « honorés ». En outre, Richard Howitt, parlementaire européen et spécialiste de la responsabilité sociale des entreprises, présentera un aperçu des derniers développements politiques en la matière au niveau européen et mondial. Enfin, Daniel Domscheit-Berg, qui a quitté Wikileaks en septembre 2010, présentera avec OpenLeaks un système de lanceur d’alerte («whistleblowing») efficace et transparent consacré aux entreprises.

Retour à la page principale