Chemin de navigation

Retour à la page principale

Soutien international pour l'interdiction mondiale du paraquat

le 17 octobre 2006

Lausanne, 17.10.2006 - La campagne de la Déclaration de Berne (DB) pour le retrait du marché de l’herbicide paraquat de l’entreprise Syngenta reçoit des soutiens du monde entier. L’Union internationale des syndicats de l'alimentation (UITA), la militante malaisienne des droits humains Irene Fernandez, ainsi que Kirsti Siirala, représentante de l'Autorité de surveillance suédoise des produits chimiques, ont souligné lors de la conférence de presse d’aujourd’hui que le paraquat doit être banni de l’agriculture. Le pesticide hautement toxique de la multinationale suisse a déjà fait trop de victimes à ce jour. La DB a instauré un «Tribunal public» afin d'accroître la pression sur Syngenta.

La DB a publié depuis une dizaine de jours une série d'annonces dans divers quotidiens suisses. A ce jour, près de 10'000 personnes ont rendu leur verdict sur Syngenta sur le site web www.tribunal.paraquat.ch. «Syngenta commet délibérément une grave négligence en commercialisant le paraquat dans des pays où il est de notoriété publique qu'une utilisation correcte n’est pas garantie. L'entreprise bâloise se rend complice de dizaines de milliers de cas d’intoxication tous les ans.» fustige François Meienberg, expert de la DB.

Sue Longley, coordinatrice de l’Union internationale des syndicats de l'alimentation (UITA)*, qui représente 2,7 millions de membres dans 125 pays, a décrit l’opposition de ses affiliés. «Dans les plantations de bananes d'Amérique centrale, dans les plantations d’huile de palme d'Asie du Sud-Est ou dans de nombreux pays d'Afrique, les travailleurs souffrent des effets néfastes du paraquat sur la santé. Il est temps d'interdire ce produit.»

Irene Fernandez, prix Nobel alternatif 2005 et présidente du Pesticide Action Network Asie-Pacifique, se bat depuis de nombreuses années contre l’utilisation du paraquat dans son pays. En 2002, le gouvernement de Malaisie a décidé d’interdire le produit. La mise en application de cette mesure n’a cependant toujours pas eu lieu, aussi à cause des interventions de Syngenta. Irene Fernandez est claire: «Syngenta doit assumer sa responsabilité face aux effets néfastes du paraquat pour la santé.»

La Suède a interdit le paraquat en 1983 déjà. En 2004, le pays a recouru auprès de la Cour Européenne de Justice contre la décision de la Commission européenne de prolonger l’autorisation du paraquat en Europe (dans les pays où il n'est pas interdit). «La Suède est d’avis qu’il est de sa responsabilité de souligner clairement qu’il n’existe pas d’utilisation sûre du paraquat, ni en Suède, ni dans les pays en développement.» a expliqué, lors de la conférence de presse, Mme Kirsti Siirala, représentante de l'Autorité de surveillance suédoise des produits chimiques.

* Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UITA)

Retour à la page principale