Chemin de navigation

Retour à la page principale

Tally Weijl: un système salarial profondément injuste

Lausanne, le 23 novembre 2015

Tally Weijl rémunérera dorénavant en euros le personnel de son siège bâlois. La chaîne répercute ainsi directement sur sa main d’œuvre les risques liés au taux de change. Tally Weijl a également fait l’objet de sérieuses critiques au niveau international, notamment pour ses salaires inférieurs au minimum vital et pour son manque de transparence. Ce modèle d’affaires inéquitable, tant au niveau national qu’international, est inacceptable pour Unia et pour la Déclaration de Berne. Une lettre commune a été adressée au PDG Beat Grüring pour inviter Tally Weijl à mettre en place sans tarder les améliorations nécessaires.

erklaerungvbern Lettre commune de la Déclaration de Berne et Unia à Tally Weijl (en allemand)

Le personnel du siège bâlois de Tally Weijl sera dorénavant payé en euros. Une telle mesure est aberrante et problématique aux yeux du syndicat Unia et de la Déclaration de Berne (DB). Le modèle d’affaires de Tally Weijl consiste à répercuter directement sur la main-d’œuvre son risque lié au taux de change. Il est cynique de parler d’une mesure librement consentie en fermant les yeux sur les énormes pressions subies par le personnel.

Tally Weijl doit assumer ses responsabilités

Tally Weijl a déjà refusé par le passé d’assumer sa responsabilité de grande entreprise suisse :

  • La Campagne Clean Clothes, représentée en Suisse par la Déclaration de Berne, invite depuis des années Tally Weijl à davantage de transparence, ainsi qu’à l’amélioration des conditions de travail sur sa propre chaîne d’approvisionnement. Tally Weijl ignore sa responsabilité morale qui impliquerait que les salaires versés aux salarié-e-leur permettent de vivre décemment. La chaîne se contente de citer les salaires minimaux prévus par la loi. Or dans tous les pays producteurs, ils sont largement inférieurs au minimum vital.
  • Tally Weijl a refusé de participer à une étude comparative des conditions de travail en vigueur dans le commerce suisse de détail, réalisée par un institut externe et indépendant (Inrate SA). A ce jour, cette enseigne n’a même pas accepté de garantir avec le syndicat Unia les conditions de travail des employé-e-s dans une convention collective de travail.

Tally Weijl est une importante entreprise suisse active au niveau international. Unia et la Déclaration de Berne l’appellent donc à assumer ses responsabilités et à s’asseoir à la table des négociations, avec les syndicats compétents et les organisations de la société civile, afin d’introduire ensemble les améliorations nécessaires.

Renseignements :

  • Natalie Imboden, responsable du commerce de détail d’Unia, 079 706 62 84
  • Christa Luginbühl, responsable de la CCC au sein de la de la DB, 044 277 70 06
Retour à la page principale