Chemin de navigation

Retour

No Billag : une grave menace pour la pluralité de l’information

Une suppression de toute forme de financement public, comme le prévoit l’initiative « No Billag », représente une grave menace pour la pluralité de l’information. Dans un contexte de crise des médias, une acceptation de l’initiative serait une véritable catastrophe, aussi pour les organisations de la société civile comme Public Eye, déjà fortement affectées par l’appauvrissement de l’espace médiatique.

« La Tribune de Genève et 24Heures fusionnent leurs rédactions », « Le groupe de médias de Christoph Blocher rachète des journaux gratuits », « Les rédactions régionales de NZZ et AZ Medien fusionnent » : les annonces de fusions et de restructurations dans la presse suisse se suivent à un rythme effréné. Et rien ne semble arrêter ce mouvement de concentration. Comme l’a annoncé récemment le CEO de Ringier, Marc Walder : « Ça va saigner encore plus ». La presse suisse est désormais dominée par six grands groupes pour lesquels le journalisme est devenu une activité « accessoire » ou qui sont d’abord motivés par des intérêts politiques. Avec le recul drastique des recettes publicitaires, les éditeurs réduisent sans cesse les effectifs – souvent au détriment du travail de recherche approfondi sur des sujets particulièrement importants pour les organisations comme Public Eye, qui effectuent un travail d’enquête sur le respect des droits humains par les entreprises.

Des arguments populistes

Dans ce contexte, l’initiative « No Billag », qui sera soumise à votation le 4 mars prochain, n’est autre qu’une attaque en règle contre l’un des piliers de notre démocratie directe – dont le fonctionnement repose sur la pluralité de l’information. Car sans médias de qualité, difficile de prendre des décisions informées, notamment lorsqu’il s’agit de se prononcer sur les préoccupations de la société civile suisse. Or qui peut garantir une information de qualité dans les quatre régions linguistiques du pays, si ce n’est un service public financé par la collectivité, comme l’est la SSR ? Critiquée pour leurs « tendances gauchistes » par les initiants, les émissions de la SSR sont pourtant différenciées et reflètent la pluralité de notre pays, comme nous avons souvent pu en faire l’expérience. Cet argument fallacieux est surtout révélateur de la « tendance populiste » des partisans de « No Billag ». Une chose est sûre : les ONG sont aussi tributaires de l’indépendance et de la compétence des médias. Et ce non seulement pour que leurs préoccupations soient entendues, mais aussi pour que leur travail puisse être soumis à une critique objective.

Une chose est sûre : les ONG sont aussi tributaires de l’indépendance et de la compétence des médias.

Les minorités bafouées

Au-delà de l’importance du service public pour la société civile, la destruction souhaitée de la SSR s’attaque aux fondements du fédéralisme. En effet, « No Billag » demande la suppression de tous les articles de la Constitution qui stipulent que la radio et la télévision doivent contribuer « à la formation et au développement culturel, à la libre formation de l’opinion et au divertissement ». Avec la privatisation totale du paysage médiatique, ces exigences ne seraient plus garanties. En outre, l’initiative porterait atteinte au principe de protection des minorités, essentiel à la cohésion nationale. Grâce à ses subventions, la SSR contribue à l’équilibre entre les régions linguistiques : sur les 70 % de la redevance encaissés en Suisse alémanique, seuls 45 % sont conservés, le reste alimentant les stations de radio et de télévision en Suisse romande et au Tessin.

Un Non ferme et résolu

Pour la Suisse romande et le Tessin, déjà touchés de plein fouet par la crise de la presse, un nouveau recul de la diversité et de la qualité des médias serait une catastrophe. Au niveau national, une mise aux enchères sans conditions des concessions, attribuées au plus offrant, comme le prévoit « No Billag », ouvrirait inéluctablement la porte aux magnats milliardaires de l’audiovisuel, comme c’est le cas aujourd’hui aux États-Unis. Espérons que cette sombre perspective réussira à convaincre même les plus virulents détracteurs de la SSR à rejeter l’initiative d’un Non ferme et résolu.

Auteur: Oliver Classen, porte-parole de Public Eye

***

A propos :

Cet article a été publié dans Public Eye - Le magazine n°9 : « Les secrets inavoués de Glencore ». En tant que membre de Public Eye, vous recevez cinq fois par an notre magazine qui présente nos dernières enquêtes, des dossiers exclusifs et des éclairages sur des thèmes d’actualité. Chaque numéro peut être commandé gratuitement via le shop en ligne.

Retour