Chemin de navigation

L’agriculture intensive que l’on observe actuellement est indissociable d’un large usage de pesticides. Les préjudices pour l’être humain et l’environnement sont désastreux. Pourtant, l’industrie alimentaire est étroitement liée aux producteurs de pesticides. Un lobby puissant défend les produits chimiques et fait obstruction à la recherche d’alternatives.

De nombreux pesticides sont hautement toxiques pour l’être humain. Mais souvent, les paysans et les paysannes en Afrique, en Amérique du Sud, en Amérique centrale et en Asie du Sud-Est ne disposent pas d’équipements de protection adaptés, ou s’ils en possèdent, ils n’ont pas les connaissances nécessaires pour les employer efficacement. Par conséquent, des millions d’intoxications sont à déplorer. En 1990 déjà, l’OMS estimait le nombre d’empoisonnements dus aux pesticides à 25 millions par année (sans les suicides). Le nombre de personnes empoisonnées chaque année est sans aucun doute encore plus élevé aujourd’hui.

En continuant de vendre dans les pays du Sud divers produits pourtant interdits en Suisse et dans l’Union Européenne, le géant suisse Syngenta a une responsabilité centrale envers ces victimes.

Dissémination et risques liés au pesticides

Dissémination et risques liés au pesticides

Agrandir l'infographie (JPG, 0.9 MB)

Conséquences chroniques

Les agriculteurs et les agricultrices qui manipulent des pesticides ne sont pas les seuls à se mettre en danger. Les polluants organiques persistants contenus dans les différents pesticides sont disséminés dans la nature et s’accumulent durant des décennies. Après avoir remonté la chaîne alimentaire, ils finissent dans nos assiettes. Des maladies chroniques telles que Parkinson ou le cancer peuvent en découler. De plus, un grand nombre de pesticides contiennent  des substances qui perturbent le système hormonal et qui ont un effet néfaste sur la reproduction et le développement des animaux et des êtres humains.

Impact environnemental

Eaux souterraines polluées, destruction de la couche d’ozone, menace pour la biodiversité, disparition des abeilles: l’impact des pesticides sur l’environnement est multiple. Vous trouverez des exemples inquiétants dans notre dossier spécial «Pesticides».

Une industrie des pesticides peu scrupuleuse

Le fait que certains produits chimiques nuisent aux êtres humains et à l’environnement ne semble pas être une préoccupation de premier plan pour l’industrie des pesticides. Comment expliquer sinon les exemples du DDT ou du paraquat ? Le DDT a été développé par le scientifique suisse Paul Müller pour le groupe agrochimique Geigy (aujourd’hui Syngenta). Le produit a été breveté en 1940. En 1948, Paul Müller a reçu le prix Nobel de médecine pour cette invention. Le DDT a eu un tel succès que d’autres pesticides à base de chlore ont été développés.

Mais quatorze ans seulement après l'attribution du prix Nobel, Rachel Carson publiait « Printemps silencieux » (titre de la traduction française), qui mettait en garde contre les conséquences de l’utilisation massive du DDT et d’autres insecticides. Près de dix ans plus tard, le DDT et la plupart des pesticides de ce groupe de substances ont été interdits en Occident.

Le paraquat, un autre produit célèbre de Syngenta, est aussi interdit dans un grand nombre de pays occidentaux. Toutefois, dans de nombreux pays en développement, le DDT et le paraquat sont toujours autorisés et leur usage est encore largement répandu. La raison principale est que Syngenta continue de produire et de vendre le paraquat – tout en connaissant ses effets dévastateurs.