Chemin de navigation

Les affaires obscures des négociants suisses au Nigeria

Le Nigeria perd chaque année des milliards de revenus en raison des exportations de pétrole brut vendu bien en-dessous du prix du marché ou des fraudes systématiques aux subventions à l’importation de produits pétroliers raffinés. Publié en 2013, l’enquête de Public Eye (anciennement Déclaration de Berne) dévoile comment les géants suisses Trafigura et Vitol profitent largement de la corruption et des problèmes de gouvernance dans ce pays, grâce à des joint-ventures opaques avec la compagnie pétrolière nationale. Et ils ne font pas figure d’exception : Mercuria et plusieurs négociants nigérians dotés d’une filiale en Suisse semblent aussi bénéficier de cette situation. Seules des exigences élevées en matière de transparence peuvent permettre de mettre un terme à ces abus.

Rapport publié en 2013 par Public Eye (anciennement Déclaration de Berne). Les affaires obscures des négociants suisses au Nigeria


Le cas du Nigéria illustre parfaitement l’influence que peuvent avoir les pratiques d’affaires des firmes de négoce suisses dans les pays en développement. Le Parlement et le Conseil fédéral doivent par conséquent prendre des mesures afin de garantir que les sociétés basées en Suisse ne soient pas une composante du problème.

En savoir plus :

Suite au rapport :

« Agir ici pour un monde plus juste »

Regarder là où d’autres préféreraient que leurs activités restent dans l’ombre, dénoncer les méfaits et proposer des mesures concrètes pour y remédier : c’est la mission que se donne Public Eye. Vous pouvez nous aider à poursuivre notre travail d’enquête en toute indépendance : soutenez par un don notre travail pour un monde plus juste. Merci !