Chemin de navigation

(c) Bert van Dijk

La politique commerciale internationale a pour objectif d’assurer un accès aux marchés nationaux avec le moins d’entraves possibles. Les grands perdants du libre-échange, pierre angulaire de cette politique, sont souvent les pays économiquement faibles et les populations défavorisées. Par son engagement pour une mondialisation équitable, Public Eye défend ces populations pauvres et exige une politique extérieure suisse conforme aux droits humains.

  • La Suisse a déjà conclu vingt-huit accords de libre-échange avec un total de trente-huit pays extérieurs à l'Union européenne.
  • Les Accords bilatéraux de libre-échange (ALE) constituent l’instrument de politique économique extérieure le plus important dont dispose la Suisse. D’autant plus depuis que les efforts de libéralisation entrepris dans le cadre multilatéral ont tourné court.
  • Au cours des dernières années, plusieurs accords commerciaux régionaux et sectoriels ont été négociés pour accélérer la libéralisation du commerce sur le plan international. Ces accords plurilatéraux (TPP, CETA, TTIP et TISA) défendent unilatéralement les intérêts des multinationales et limitent les possibilités d’influence des Etats.
  • Des études d’impact sur les droits humains (EIDH) effectuées en amont de la conclusion de négociations minimisent les répercussions négatives en termes de droits économiques et sociaux dans le pays partenaire.
  • Entre 3 et 5 millions de personnes sont exploitées dans des camps de travail chinois. Les produits ainsi fabriqués se retrouvent sur le marché suisse et profitent d'un accord de libre-échange avec la Chine – au détriment des produits locaux.

Moments-clés

Page 1 sur 21