Chemin de navigation

Fonds monétaire international (FMI)

Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en même temps que la Banque mondiale, en 1944 lors de la conférence de Bretton Woods, aux Etats-Unis. A l’origine, le FMI avait pour mission de surveiller le système monétaire international.

Depuis 1973, le FMI vise à garantir la stabilité financière internationale. Il surveille l’économie de ses pays membres et les soutient par le biais d’initiatives financières. Pendant longtemps, le FMI attribuait essentiellement des crédits aux pays en développement. Depuis la crise financière de 2008, il participe aussi aux programmes d’aide financière pour les pays de la zone euro.

Le FMI compte 188 états membres, dont le droit de vote dépend de leur participation au capital. Les Etats membres avec le plus de voix sont les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et la Chine. La Suisse a intégré le FMI en mai 1992 et dirige un groupe électoral (« Helvetistan ») auquel appartiennent également l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, la République kirghize, la Pologne, la Serbie, le Tadjikistan et le Turkménistan. La Suisse est représentée au Conseil des gouverneurs, l’organe décisionnel le plus élevé du FMI, ainsi qu’au Conseil d’administration, qui dirige les affaires opérationnelles du FMI. Depuis 2011, la directrice du FMI est Christine Lagarde, ancienne ministre française de l’économie et des finances (état février 2013).

Critique de Public Eye

Public Eye  déplore certaines conditions contraignantes pour l’attribution des crédits du FMI. Les programmes nationaux d’adaptation structurelle résultant de ces conditions, qui prévoient des mesures comme des politiques d’austérité ou des privatisations de services publics, touchent avant tout les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables dans les pays concernés, sans améliorer l’aide sociale à long terme.

Public Eye critique par ailleurs la répartition des voix dans les organes décisionnels, qui favorise les Etats-Unis et l’Union européenne.

Actuellement, Public Eye ne travaille pas sur ce thème de façon active. Vous trouverez plus d’informations auprès de:

Mark Herkenrath, Alliance Sud, Suisse ou sur www.alliancesud.ch