Chemin de navigation

Organisation mondiale de la Santé (OMS)

Fondée en 1948, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est l’autorité directrice et coordonnatrice, dans le domaine de la santé, des travaux ayant un caractère international au sein du système des Nations Unies. Elle est notamment chargée de diriger l’action sanitaire mondiale, de définir les programmes de recherche en santé, d’en fixer les normes et les critères, de présenter des options politiques fondées sur des données probantes, de fournir un soutien technique aux pays et de suivre les tendances en matière de santé publique. Elle compte 192 Etats Membres et deux membres associés. Son siège est à Genève, en Suisse.

Public Eye assiste depuis de nombreuses années à l’Assemblée mondiale de la santé (AMS), dont les membres se rencontrent annuellement à Genève pour déterminer la politique et les programmes de l’OMS. Public Eye se montre critique à l’égard de la politique de l’OMS qui ne parvient pas à prendre ses distances avec les lobbies pharmaceutiques, ainsi qu’à l’égard des nombreux conflits d’intérêts qui s’y succèdent, menaçant ainsi son indépendance. Par sa présence et ses interventions à l’OMS, Public Eye tente également d’influencer les prises de position de la Suisse, afin que le droit à la santé pour tous prime sur les intérêts commerciaux.

Les entraves à l’élaboration d’un système de recherche et développement (R&D) permettant de répondre aux besoins des pays en développement sont un exemple des difficultés rencontrées par l’OMS dans son action. En avril 2012, un groupe consultatif d’experts recommandait aux Etats membres d’entamer des négociations en vue d’une convention cadre internationale de R&D juridiquement contraignante devant faire passer les besoins de santé publique avant les profits. Ceci afin de palier au désintérêt de l’industrie pharmaceutique à investir dans des traitements abordables contre les pathologies  affectant les pays du Sud (les maladies tropicales négligées, notamment), faute de débouchés commerciaux suffisamment rentables.


Les pays du Nord – dont la Suisse – soucieux de ne pas interférer dans le modèle d’affaires de leurs compagnies pharmaceutiques et ne voulant pas non plus mettre la main au porte-monnaie en période de crise économique, sont parvenus à gagner un peu de temps. En lieu et place d’une négociation intergouvernementale immédiate en vue d’aboutir dès que possible à une Convention mondiale contraignante en matière de R&D, telle que recommandé par le groupe d’experts, les Etats membres ont ainsi voté la mise en place d’un observatoire R&D – permettant d’identifier les carences du système sans pour autant disposer des  moyens d’actions permettant d’y remédier – ainsi que le démarrage de « projets de démonstration » n’engageant à rien. Pendant ce temps, des millions de personnes à travers le monde continuent de souffrir et de mourir, faute de traitements adéquats.
Public Eye continue de lutter aux côtés des pays du Sud pour une OMS indépendante et forte au service d’un droit à la santé pour tous.

Page 1 sur 11