Plaidoyer pour une autorité de surveillance du secteur des matières premières

Le rôle de la suisse dans la malédiction des matières premières et ses responsabilités politiques

Au printemps 2013, le Conseil fédéral a reconnu pour la première fois l’acuité de la malédiction des ressources dans son «Rapport de base: matières premières». Toutefois, aucune mesure contraignante pour les firmes n’a été envisagée. Attendre des sociétés qu’elles prennent des mesures volontaires ne suffit pas pour lutter contre la malédiction des ressources. En proposant de créer une autorité de surveillance des marchés de matières premières, la Déclaration de Berne (aujourd'hui Public Eye) a imaginé pour la première fois, et de façon précise, à quoi la régulation de ce secteur pourrait ressembler.