Nous renvoyons en Suisse l’air pollué du Ghana

Pour mettre un terme au commerce de carburants toxiques:

Signez la pétition

Article principal

 — Berne

Un rapport exclusif publié aujourd’hui par Public Eye* révèle comment les négociants suisses en matières premières profitent des faibles standards en Afrique pour produire, livrer et vendre des carburants à haute teneur en soufre, interdits en Europe. Par ces pratiques illégitimes, ces sociétés contribuent à l’explosion de la pollution de l’air dans les villes africaines et nuisent à la santé de millions de personnes. Dans une pétition adressée à Trafigura, Public Eye et ses partenaires africains demandent au géant genevois de s’engager à ne vendre que des carburants conformes au standard européen partout dans le monde. 

REPORTAGE

 — Reportage du magazine TEMPS PRÉSENT consacré au commerce sale de carburants toxiques en Afrique, avec des interviews de Marc Guéniat et Marietta Harjono de Public Eye, qui ont enquêté sur le modèle d'affaires des négociants suisses, entre Genève, Accra et Amsterdam. 

AGENDA

 — Public Eye (anciennement la Déclaration de Berne) organise, en collaboration avec Health Action International (HAI), une conférence publique sur le thème des essais cliniques de médicaments. Cette conférence (en anglais) aura lieu à la Salle communale du Môle à Genève. 

 — Une enquête de Public Eye (anciennement Déclaration de Berne) révèle que des essais cliniques menés en Egypte par les multinationales pharmaceutiques ne respectent pas les règles éthiques internationales, lesquelles exigent que les tests réalisés dans des contextes de vulnérabilité profitent à la population locale. Un médicament sur trois testé en Egypte n’y est pas homologué. Les traitements 

 — Le « Made in Europe » est perçu comme une garantie de qualité et de bonnes conditions de travail. Plusieurs enquêtes publiées par Public Eye (anciennement Déclaration de Berne) et ses partenaires internationaux dévoilent l’envers du décor de l’industrie de la chaussure, des tanneries de Toscane aux usines d’Europe de l’Est. En Slovaquie ou en Pologne, des dizaines de milliers d’ouvrières 

 — C’est avec une action haute en couleurs que plus de 800 000 signatures récoltées contre le brevetage des plantes et des animaux ont été remises, aujourd’hui à Munich, au président du conseil 

 — Une délégation malaisienne ainsi que des organisations d’agriculteurs, de protection des consommateurs, de développement, de l’environnement et des droits de l’homme ont remis aujourd’hui au 

 — A Londres, plus de quarante Etats ont publié aujourd’hui une déclaration commune à l’issue du premier sommet anti-corruption organisé par le gouvernement britannique. Celle-ci propose trente-quatre 

 — Une opposition conjointe a été déposée aujourd’hui auprès de l’Office européen des brevets (OEB) contre un brevet du géant bâlois de l’agrochimie portant sur des tomates. Quelque 65 000 personnes de 

 — Tant Novartis que les autorités helvétiques n’ont pas ménagé leurs efforts pour tenter de dissuader la Colombie de déclarer le Glivec d’intérêt public et d’émettre une licence obligatoire*. En dépit 

 — Une année après son lancement, l’initiative pour des multinationales responsables a recueilli le nombre de signatures nécessaire à son aboutissement. Cela prouve que les Suisses et Suissesses sont 

Shop