Sources d’informations pour une mode plus juste

Pour Public Eye, une mode éthique demande une production durable sur les plans social et écologique. Nous nous engageons pour que les plus de 60 millions de personnes qu’emploie l’industrie perçoivent un salaire vital, qu’elles aient des relations travail sûres et réglementées, et qu’elles puissent exercer leurs droits syndicaux. Parmi les critères écologiques importants selon nous figurent l’interdiction des semences génétiquement modifiées (OGM), une utilisation réduite de pesticides, une production économe en ressources et une préférence pour le coton bio.

Par notre travail d’enquête et de campagne, nous nous engageons pour une production durable sur les plans social et écologique tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Le marché de la « mode éthique » est en pleine croissance et de nombreuses entreprises sont en bonne voie vers une production plus juste. Nous ne donnons toutefois pas de recommandations sur les entreprises et marques car il n’existe tout simplement pas de vêtements qui soient 100 % durables en termes sociaux et écologiques tout au long de leur chaîne d’approvisionnement.

Il existe toutefois des plateformes et organisations qui proposent des conseils pour s’orienter.

Plateformes pour une mode éthique

En tant que réseau composé de centaines d’organisations et de syndicats actifs dans l’industrie textile comme sur les marchés de consommateurs, la Campagne Clean Clothes  publie des rapports détaillés sur les enseignes de la mode de divers pays. En Allemagne, la Kampagne für saubere Kleidung (Campagne pour des vêtements propres) diffuse des informations notamment à travers la Bündnis für nachhaltige Textilien (Alliance pour des textiles durables) et la FairCademy. L’organisation Éthique sur l’étiquette  présente quant à elle des informations sur les enseignes françaises de la mode, et la Clean Clothes Kampagne Österreich présente une évaluation des marques de chaussures autrichiennes et internationales.

WearFair et le site GET CHANGED ! vous orientent rapidement et simplement vers une mode éthique, et vous informent des conditions sociales et écologiques de production des collections présentées. Les enseignes de la mode suisses et allemandes qui respectent une série de critères de durabilité sont présentées sur les sites FairAct et UTOPIA. Outre ces plateformes, les labels peuvent également vous aider à vous orienter, en fonction des aspects de durabilité qu’ils recouvrent et de la façon dont ils vérifient leur respect.

Garder un œil critique

Mais même avec les diverses plateformes et les différents labels, il est important de garder un œil critique. Car ils ne tiennent toujours compte que d’une partie de la réalité et ne couvrent pas tous les critères de la durabilité sociale et environnementale sur toute la chaîne d’approvisionnement. Il est important de connaître ces critères pour pouvoir évaluer les limites des recommandations formulées par les plateformes ou les labels. À ce jour, aucune marque ne produit ses vêtements de façon 100 % durable sur les plans social et écologique, et aucun label n’évalue l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement de façon globale et fiable, faute de quoi il est impossible de garantir une production véritablement durable.

La Fair Wear Foundation est jusqu’à présent la plus au fait des questions de standards sociaux. Son approche en faveur de l’amélioration des conditions de travail dans les fabriques est l’une des plus complètes, mais il lui manque toutefois encore l’exigence pour ses membres de verser systématiquement un salaire vital.

Notre brochure intitulée « Comment s’orienter dans la jungle des labels »  présente une analyse approfondie des principaux labels et une vue d’ensemble des critères sociaux et écologiques de la durabilité.