Chemin de navigation

Mark Henley/Panos Paradeplatz à Zurich: le siège des deux grandes banques suisses

Les grandes banques suisses Credit Suisse et UBS font partie des plus grandes banques au niveau mondial. Comme elles financent des entreprises du monde entier en leur accordant des crédits, ou qu’elles les aident à obtenir des fonds sur le marché des capitaux, les grandes banques risquent de se rendre complices de violations des droits humains.

  • Dans ses «Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme», l’ONU demande aux entreprises de ne pas violer les droits humains.
  • Pour s’en assurer, les entreprises doivent élaborer et appliquer des mécanismes permettant de vérifier le respect du devoir de diligence relatif aux droits humains.
  • Bien que les banques ne soient pas aussi directement impliquées dans des violations des droits humains que d’autres types d’entreprise - les sociétés minières, par exemple - elles ont une responsabilité indirecte et doivent éviter, dans leurs relations commerciales, des violations des droits humains.
  • Public Eye et ses organisations partenaires au sein du réseau Banktrack dénoncent de manière récurrente le financement par les grandes banques suisses Credit Suisse et UBS de firmes controversées qui violent les droits humains.
  • Aucune des deux grandes banques suisses ne dispose de lignes directrices ou de processus permettant de vérifier le respect du devoir de diligence relatif aux droits humains. Credit Suisse fait preuve d’un peu plus de transparence que UBS.

Moments-clés

Page 1 sur 3