Bangladesh – effondrement du Rana Plaza

© GMB Akash / Panos
Le 24 avril 2013, un bâtiment de neuf étages abritant cinq ateliers de confection textile s’est effondré à Savar près de Dakha, la capitale du Bangladesh. 1138 personnes ont perdu la vie et plus de 2000 autres ont été blessées dans ce drame, le plus meurtrier à ce jour dans l’industrie textile. Cette tragédie est symptomatique des conditions de travail et de sécurité affligeantes dans l'industrie des vêtements et de la chaussure partout dans le monde.

Le drame

Selon le ministre de l'Intérieur bangladais, trois des huit étages du Rana Plaza avaient été construits illégalement ; le neuvième était en construction. Le bâtiment hébergeait des banques et des magasins, ainsi que cinq ateliers de confection textile produisant pour de grandes marques internationales. Bien que les ouvriers et ouvrières aient signalé avant l'effondrement que des fissures apparaissaient sur les murs, la direction leur a ordonné de continuer à travailler dans le bâtiment. Quand l'immeuble s'est finalement effondré le 24 avril 2013, il était trop tard pour secourir nombre d'entre eux.

Rainbow Collective: Documentary Production «Tears In The Fabric» (Teaser/Trailer) 2014

Qui faisait produire au Rana Plaza ?

Douze entreprises, dont Benetton, El Corte Ingles, KiK et Mango, ont confirmé qu’elles faisaient produire au Rana Plaza au moment de l’effondrement. Toutefois, des militants locaux ont trouvé dans les débris des étiquettes, des vêtements et des bulletins de commande d’autres marques qui contestent avoir eu des relations d’affaires avec les ateliers du Rana Plaza ou qui prétendent y avoir mis un terme. À ce jour, 32 marques ont pu être reliées aux ateliers du Rana Plaza :

Adler Modemärkte (Allemagne), Ascena Retail (États-Unis), Auchan (France), Benetton (Italie), Bonmarché (Angleterre), C&A (Belgique), Camaïeu (France), Carrefour (France), Cato Fashions (États-Unis), El Corte Ingles (Espagne), Grabalok (Store 21, États-Unis), Gueldenpfennig (Allemagne), Iconix (Lee Cooper, États-Unis), Inditex (Zara, Espagne), JC Penney (États-Unis), Kanz (Kids Fashion Group, Allemagne), Kik (Allemagne), L.C. Waikiki (Turquie), Loblaws (Canada), LPP (Pologne), Mango (Espagne), Manifattura Corona (Italie), Mascot (Danemark), Matalan (Angleterre), NKD (Allemagne), Premier Clothing (Angleterre), Primark (Angleterre/Irlande), PWT (Texman, Danemark), The Children’s Place (États-Unis), Walmart (États-Unis) et YesZee (Italie).

La situation des victimes

Après cette tragédie, il a fallu beaucoup de temps avant de pouvoir dresser la liste des victimes, première étape vers le versement d’indemnités. Les survivants et les familles des victimes ont été confrontés à de nombreuses difficultés, ne serait-ce que pour prouver qu’ils travaillaient bien au Rana Plaza. Les documents demandés avaient été perdus dans les décombres ou n’existaient simplement pas. Sans certificat de décès, les familles des personnes disparues dans l’effondrement ne pouvaient prétendre à une aide financière. Une grande partie des victimes sont désormais dans l’incapacité de travailler en raison de séquelles physiques ou du traumatisme. Beaucoup de survivants et de nombreuses familles de victimes se trouvent aujourd’hui encore dans une situation financière critique suite au drame, malgré la négociation d’un accord d’indemnisation.

  • © GMB Akash / Panos
    [Translate to Français:] Betroffene und Angehörige mussten oft sehr lange warten, bis sie die ihnen zustehenden Kompensationszahlungen erhielten
  • © GMB Akash / Panos
    [Translate to Français:] Hinterbliebene mussten beweisen, dass ihre Angehörigen in der Fabrik gearbeitet hatten - aufgrund fehlender Papiere nicht immer eine einfache Angelegenheit.
  • © GMB Akash / Panos
    [Translate to Français:] Wo einst die Textilfabrik stand, klafft heute ein grosses Loch.
  • © GMB Akash / Panos
    [Translate to Français:] Viele Überlebende sind aufgrund von Verletzungen oder Traumata nicht mehr in der Lage, zu arbeiten.

L’accord d’indemnisation des victimes du Rana Plaza

Plus de six mois après l’effondrement, un accord réglant l’indemnisation des frais médicaux et de la perte de gain des victimes a été adopté. Un nombre important d'entreprises qui faisaient produire dans ce bâtiment dangereux au moment de l’effondrement ont rejeté leur responsabilité quant aux conditions de travail désastreuses. En refusant de contribuer financièrement à l’indemnisation des victimes, elles les ont privées de leur droit à des réparations justes et suffisantes. Il aura finalement fallu plus de deux ans et une forte pression publique pour réunir les 30 millions de dollars nécessaires à l’indemnisation des personnes touchées. Cette étape restera toutefois historique : c’est la première fois qu’un accord visant l’indemnisation de toutes les victimes d’un accident industriel aboutit. Le Rana Plaza-Arrangement, basé sur la convention n° 121 de l’OIT (prestations en cas d’accidents du travail et de maladies professionnelles), règle l’indemnisation des frais médicaux et les allocations pour perte de gain. Il a été négocié par un comité multipartite, composé de la Campagne Clean Clothes (CCC), de trois marques internationales (Primark, Loblaw et El Corte Ingles), du ministère du Travail bangladais, de l’association patronale et de syndicats internationaux et locaux.

L’accord sur la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Plusieurs années avant l’effondrement du Rana Plaza, les syndicats bangladais et les ONG internationales, dont la Campagne Clean Clothes (CCC), exigeaient déjà un plan de mise en œuvre pour améliorer la sécurité au travail dans les usines textiles bangladaises. Mais dans l’industrie de la mode, ce point n’était pas à l’ordre du jour. En novembre 2012 et en avril 2013 surviennent deux accidents graves dus à la sécurité défaillante des bâtiments (l’incendie de l’usine Tazreen, puis l’effondrement du Rana Plaza). Après ces deux nouvelles tragédies, la pression publique envers les entreprises textiles produisant au Bangladesh est devenue si grande que plusieurs se sont décidées à signer l’Accord sur la protection contre les incendies et la sécurité des bâtiments au Bangladesh, adopté en mai 2013. L'accord initial a été négocié pour une durée cinq ans.

La prolongation négociée de l'accord jusqu'au 31 mai 2021 doit permettre de garantir que les efforts pour la sécurité des bâtiments seront poursuivis. Il est cependant nécessaire que la majorité des entreprises qui s'approvisionnent au Bangladesh signent le nouvel accord pour que l'impact sur place soit conséquent.

Le Bangladesh est le quatrième plus grand producteur de vêtements importés en Suisse. Pourtant, les entreprises suisses ne sont que trop peu représentées parmi les signataires de l'accord : en effet, seule une entreprise suisse a signé la prolongation de l'accord à ce jour, bien que de nombreuses enseignes de la mode suisses fassent produire au Bangladesh.

Revendications de la Campagne Clean Clothes

La Campagne Clean Clothes (CCC) demande à toutes les entreprises qui s’approvisionnent au Bangladesh de signer la prolongation de l’Accord sur la sécurité des bâtiments et la protection contre les incendies. Les entreprises signataires doivent en outre veiller à ce que toutes les mesures de correction prescrites dans les usines de leurs sous-traitants soient mises en œuvre.

Pour en savoir plus :