Chemin de navigation

Retour à la page principale

Les «Public Eye Awards» ont un impact

le 12 janvier 2006

Zürich et Bâle, 12.01.2006 - Le jour même de l’ouverture du Forum économique mondial (WEF), la Déclaration de Berne et Pro Natura décerneront pour la deuxième fois leurs «Public Eye Awards» pour des comportements d’entreprises particulièrement irresponsables. Quelque 20 grandes entreprises suisses et étrangères ont été sélectionnées dans les catégories environnement, social et fiscalité. De surcroît, un «Positive Award» sera attribué pour la première fois. L’animateur de la cérémonie de remise des prix, le 25 janvier à Davos, sera le comédien et humoriste suisse alémanique Patrick Frey.

Seule véritable alternative simultanée au WEF, le «Public Eye» est devenu une institution depuis sa création en 2000. La cérémonie des Awards 2006 sera ouverte le 25 janvier par un exposé de Gret Haller, auteur et ancienne présidente du Conseil national, sur la responsabilité des entreprises.
«Les prix symboliques que nous attribuons doivent rappeler aux membres du WEF et aux autres multinationales, que la société civile les tient à l’œil. Aujourd’hui, le mépris des droits humains et du droit du travail est aussi peu toléré que les atteintes à l’environnement et que l’optimisation fiscale», dit Oliver Classen de la Déclaration de Berne. Pour Sonja Ribi de Pro Natura, il est clair que «les sociétés transnationales doivent être soumises à des règles internationales contraignantes qui les rendent juridiquement responsables, les obligent à rendre des comptes et le cas échéant les sanctionnent».
Les prix de 2005 ont eu un impact variable en fonction des entreprises concernées. La filiale suisse du groupe KPMG International, «récompensée» pour sa contribution à l’évasion fiscale, a délocalisé ses conseils fiscaux agressifs pour les grandes fortunes à une autre filiale. La multinationale pétrolifère Shell, «distinguée» pour sa combustion de gaz à ciel ouvert au Nigéria, a été obligée récemment par un tribunal local à un mettre fin à cette pratique.
L’automne dernier, des organisations non-gouvernementales du monde entier ont à nouveau sélectionné vingt entreprises pour les «Public Eye Awards». Parmi elles, on trouve des entreprises comme Alcoa, Bayer AG, Chevron Corp., Citigroup Inc., Coca-Cola, FILA, GAP Inc., Nestlé, Novartis et d’autres firmes de la chimie bâloise, Tesco plc, Vattenfall Europe ou Walt Disney. Pour les trois catégories environnement, social (droits humains et droit du travail) et fiscalité, les organisateurs du «Public Eye» ont déterminé à chaque fois un «gagnant» dont le comportement écologique ou social pose particulièrement problème. Par ailleurs, un prix positif sera pour la première fois attribué. D’autres surprises sont en préparation pour le 25 janvier.

Retour à la page principale