Comment prendre le contre-pied de la mode éphémère

© GMB Akash/Panos
En tant que consommateurs et consommatrices, et en tant que citoyen∙ne∙s, nous avons de nombreuses possibilités de protester contre les conditions de travail inhumaines dans l’industrie de la mode. En premier lieu, en adoptant des comportements d'achat responsables et réfléchis, et en prenant soin de nos vêtements.

En tant que consommateurs et consommatrices, pouvons-nous révolutionner l’industrie de la mode? Oui et non.

Oui, car nous pouvons donner d’importantes impulsions à travers nos comportements d'achat. Nous pouvons prendre le contre-pied de la mode éphémère. Nous pouvons refuser le rythme d’achat toujours plus rapide que l’industrie de la mode essaie de nous imposer. Nous pouvons soutenir les initiatives et entreprises qui ont conscience des problèmes et qui choisissent une approche plus durable, et montrer ainsi qu’une industrie textile sociale et écologique est possible. Car tout mouvement est porté par de petites démarches individuelles.

Non, car les grands changements comme ceux dont nous avons besoin dans l’industrie de la mode ne peuvent pas se réaliser uniquement à travers une modification des comportements d’achat. Non, car la demande ne définit pas l’offre à elle seule. Non, car les acteurs puissants de l’industrie de la mode profitent de structures fondées sur l'exploitation et la pollution. Car un changement effectif demande également une redistribution du pouvoir et des recettes sur les chaînes d'approvisionnement, et les personnes qui doivent partager le pouvoir et les recettes mettent tout en œuvre pour empêcher une révolution dans l’industrie de la mode.

Il y a toujours plusieurs leviers pour initier des changements. Notre comportement d'achat en est un. Toutefois, il ne faut pas pour autant négliger les autres: en tant que citoyen∙ne, activiste, responsable d’entreprise ou comme voix critique, nous avons plusieurs cartes en main pour influencer le cadre politique, les réalités dans l’industrie et le rapport de notre société à la consommation, ainsi qu'à une mode éthique.

Voici quelques pistes à suivre pour une consommation responsable:

Plus d'informations

  • Déterminer soi-même ce que l'on consomme

    • A nous de décider de quoi nous avons besoin et à quelle fréquence nous allons faire des achats, en ayant conscience des enjeux de la (sur)consommation. Ne laissons pas les tendances actuelles de la société de consommation et de la mode éphémère nous mener par le bout du nez! Prenons de bonnes habitudes: par exemple, en faisant l’inventaire de nos placards, une ou deux fois par an, et faisant tout simplement une liste de ce dont nous avons vraiment besoin.
    • Chaque jour, nous entendons, lisons et voyons des messages qui influencent nos comportements d'achat. Prenons conscience de l’impact de la publicité: mieux nous le comprendrons, plus il nous sera facile de faire nos propres choix de consommation.
  • Réfléchir avant d'acheter

    • Doit-on vraiment toujours porter des vêtements neufs? Nous pouvons garnir notre garde-robe dans les magasins de seconde-main, dans les vide-dressing ou en débarrassant nos proches de jolis habits qu’ils ne portent pas. Et bien entendu, chacun∙e peut également organiser un vide-dessing dans sa région!
    • Si nous devons acheter du neuf, alors privilégions les entreprises qui vont dans la bonne direction. Par exemple celles qui s'engagent à verser un salaire vital et qui sont en mesure de documenter comme elles œuvrent pour l’amélioration des conditions de travail dans l'ensemble de leur chaîne d’approvisionnement. Nous vous proposons ici une liste de références pour trouver des informations sur la mode éthique
    • Remettons en question le principe largement répandu du «prêt-à-jeter»: privilégions les produits de bonne qualité et faciles à combiner (les articles dits basiques ou classiques).
    • Choisissons des vêtements qui nous plaisent vraiment et que nous porterons longtemps.
    • Pour les vêtements et les textiles en coton, privilégions les articles en coton équitable ou issu de l’agriculture biologique.
    • Ne nous laissons pas tromper par les labels: à l’heure actuelle, aucun label ne peut garantir des conditions de travail équitables et le versement d’un salaire vital. Les labels donnent des indications sur les matières premières utilisées (par ex.: coton biologique), sur les produits toxiques utilisés (par ex.: Oeko-Tex 100) ou sur des normes environnementales (par ex.: EU Ecolabel). En règle générale, les labels pour lesquels les contrôles sont effectués par des organes indépendants sont plus crédibles que les labels des entreprises. Vous trouverez plus d'informations à ce sujet dans notre guide: comment s'orienter dans la jungle des labels.
  • Prendre soin de ses vêtements

    • Prendre soin de ses vêtements et les porter longtemps, c'est une règle d'or. Les textiles ne sont pas des biens jetables! La production d’un t-shirt, même s’il est vendu bon marché, nécessite des ressources naturelles et beaucoup de travail.
    • Lorsque nous faisons la lessive, choisissons un programme doux et à basse température. Évitons de laver en machine un vêtement que nous n'avons porter qu'une seule fois: les aérer peut suffire.
    • Renonçons à utiliser le sèche-linge – par respect pour l’environnement et pour nos vêtements.
    • Raccommodons nos vêtements plutôt que de les jeter. Et pourquoi pas se mettre au tricot?
    • Prêtons et échangeons nos vêtements, surtout ceux que l’on ne portent qu'occasionnellment.
  • S’engager au niveau politique

    Changer nos habitudes d’achat ne suffira pas à révolutionner l’industrie de la mode. Mais nous pouvons agir à plusieurs niveaux pour initier des changements: que ce soit en devenant actifs dans notre région, en organisant un vide-dressing, en soutenant les campagnes de Public Eye ou d'autres organisations pour une mode éthique et une consommation responsable, ou en demandant aux enseignes de la mode de prendre enfin des mesures.

    Les bénévoles des groupes régionaux de Public Eye apportent une contribution essentielle à notre travail d'information et de sensibilisation.

Attention, ne vous fixez pas des objectifs trop ambitieux au début ! Ayez conscience qu’il est pratiquement impossible, à l’heure actuelle, de faire des choix de consommation parfaitement cohérents et d’avoir une garde-robe irréprochable. Ne vous découragez pas si vous devez faire des compromis. Finalement, il est plus important de faire des efforts sur le long terme, d’avancer pas à pas, et de s’engager aussi sur le plan politique. Car ce sont aussi les petits efforts qui nous mènent à nos objectifs: apportons de petits changements à notre quotidien, parlons des enjeux et engageons-nous à long terme pour une mode éthique!