Chemin de navigation

Public Eye suit attentivement les activités commerciales de Syngenta. Dans certains cas précis, elle tente de les influencer par des recherches, des campagnes et un travail de lobbying.

En 2015, Public Eye a publié un rapport sur la vente de pesticides en Inde. Ce rapport a révélé que Syngenta commercialise des pesticides dangereux dans l’Etat du Pendjab (Inde) sans pour autant garantir des conditions d’utilisation sûres. Ce faisant, l’entreprise enfreint le code de conduite de la FAO sur la gestion des pesticides, qu’elle s’est pourtant engagée à respecter. La même année, un autre rapport est arrivé aux mêmes conclusions en analysant l’utilisation du Paraquat en Inde.

En 2014, Public Eye a analysé le „Good Growth Plan“ (PDF, 242 KB)de Syngenta et constaté que l’entreprise évite soigneusement de prendre en considération les problèmes dont elle est la cause.

En 2011, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'Homme, Public Eye a participé à une action de protestation à l'encontre du paraquat. Un cortège de commémoration a été organisé à Bâle pour les victimes du paraquat, et une banderole de protestation de la population bâloise a été remise au siège de Syngenta contre sa politique relative au paraquat.

En 2007, Public Eye participe également à une campagne internationale contre la politique corporative de Syngenta irrespectueuse des droits humains: l'"Affaire Paraquat" a été ouverte et Syngenta accusée publiquement dans des annonces et sur un site web spécial. Des dizaines de milliers de personnes ont signé, déclarant Syngenta coupable des décès dus au paraquat et de violations des droits humains. L'annonce du verdict a eu lieu devant le siège central de Syngenta à Bâle.

Dominik Plüss/Public Eye Audience devant le siège central de Syngenta