Chemin de navigation

Les semences sont la base de l’alimentation mondiale. Dans certaines régions rurales du Sud, l’accès aux semences détermine si les êtres humains mèneront une vie dans la faim ou dans l’abondance. La diversité des semences – l’agrobiodiversité – constitue depuis toujours une base pour la sélection de nouvelles plantes vivrières.

Cette diversité a été générée, au fil des siècles, par les paysans et paysannes qui ont développé de nouvelles variétés par sélection, les ont perpétuées par une culture répétitive et les ont adaptées aux conditions locales. Mais cette diversité est menacée. Les droits de propriété intellectuelle, comme les brevets ou les certificats d'obtention végétale (COV), entravent l’accès aux ressources génétiques et leur libre exploitation par les cultivatrices et les paysans. Cela met en péril la sécurité alimentaire et conduit à une concentration croissante du marché des semences. Alors que, dans le système informel des semences, les paysans et paysannes reproduisent librement les semences, les échangent et les développent, ce système est de plus en plus supplanté par le secteur des semences commerciales. De plus, ce dernier est marqué par un mouvement croissant de concentration du marché. Aujourd’hui, trois entreprises contrôlent environ 50% du marché des semences protégées par des droits de propriété intellectuelle.

Afin de contrer cette évolution, Public Eye s’engage pour le libre accès aux semences et pour que les droits humains priment sur les intérêts commerciaux dans la définition des droits de propriété intellectuelle sur les semences.

erklaerungvbern

Les droits de propriété intellectuelle doivent être définis de manière à ce que les principes éthiques soient pris en considération et que les droits des paysans et paysannes soient respectés. Ils doivent favoriser un développement équitable du commerce mondial et permettre la mise en œuvre de la Convention sur la diversité biologique. Enfin, les brevets ne doivent pas freiner la recherche et la culture de nouvelles variétés. A l’échelle internationale, le Traité de la FAO sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture doit aussi garantir l’accès à la biodiversité agricole, le respect des droits des paysans et des paysannes ainsi que le partage équitable des avantages résultant de l’utilisation des ressources.