Chemin de navigation

Brevets et accès aux médicaments

© Roger Anis

Se soigner aujourd’hui s’apparente plus à un privilège de riches qu’à un droit pour tous. Malgré les avancées médicales et technologiques majeures de ces dernières décennies, des millions de personnes meurent chaque année dans les pays pauvres de maladies qui sont guérissables ou contrôlables en Suisse, faute d’accès aux soins et aux médicaments. Un scandale auquel l’industrie pharmaceutique suisse participe, avec la complicité des autorités helvétiques.

  • Plus de deux milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès aux médicaments essentiels. Un problème mondial qui ne concerne plus seulement les pays à bas ou moyen revenu.
  • 80% des décès liés à des maladies chroniques non transmissibles, comme le cancer ou le diabète, surviennent dans les pays à bas et moyen revenu.
  • Selon l'ONU, améliorer l'accès aux médicaments permettrait de sauver 10 millions de vies chaque année, dont 4 millions en Afrique et en Asie du Sud-Est.
  • Les maladies transmissibles comme le sida, la tuberculose ou le paludisme sont prédominantes dans les pays du Sud et de l’Est.
  • Les brevets augmentent le prix des médicaments, qui sont inabordables pour la majorité de la population dans les pays émergents, là où elle ne bénéficie pas d’un système d’assurance maladie.
  • Les brevets retardent l’arrivée sur le marché de médicaments génériques bon marché, dont dépendent les pays défavorisés.
  • Les pays industriels et leurs pharmas exercent une pression constante pour renforcer le niveau de protection de propriété intellectuelle des médicaments, au-delà des standards internationaux de l’OMC.
  • Les suisses Roche et Novartis comptent parmi les plus importantes multinationales pharmaceutiques du monde. Elles sont régulièrement montrées du doigt pour leurs pratiques anti-concurrentielles et leur manque de transparence.

Moments-clés

Page 1 sur 16